Accueil

13 mai 2019

Deux nouveaux polars sont terminés :  Reconstitution  et  Chers voisins   aussi différents l’un que l’autre. Deux nouvelles intrigues avec des personnages au caractère bien trempé. Suspense, turn-pages et dénouement inattendu, de quoi passer de bons moments.

Je préviendrai quand ils seront sortis. En attendant, voici quelques extraits:

Reconstitution :

L’homme était assis à l’arrière du fourgon de la gendarmerie, menotté, accompagné de trois gendarmes en armes. Quatre motards entouraient le fourgon, et les gyrophares bleus tournoyaient de concert. Le convoi traversa la ville à vive allure devant les passants hébétés qui restèrent cois sur le trottoir, se demandant quel prisonnier pouvait engendrer un tel charivari.

– Il me semble que c’est le gars qui a tué Martin, avança un jeune homme, il doit être transféré dans une autre prison.

– On devrait ressortir la guillotine pour ce genre d’individu, capable de tuer de sang-froid ! maugréa un homme plus âgé.

– Et tu accepterais de libérer la lame peut être ?

L’homme continua sa route sans répondre en haussant les épaules.

Sorties de la ville, les lumières tournoyantes abandonnèrent l’asphalte pour s’engager, sans presque ralentir, sur un chemin qui menait vers un terrain militaire désaffecté, soulevant une poussière qui les enveloppa entièrement. Les gendarmes se protégèrent les narines de leurs mains, le prisonnier demeura imperturbable. Le convoi stoppa devant une barrière qu’un militaire ouvrit et referma dès que les véhicules furent entrés. Une centaine de mètres plus loin, les motards se garèrent et laissèrent le fourgon terminer sa course dans une cour cernée par des hangars…

… Un gendarme se mit en place, qui simulait la future victime. L’accusé s’approcha, et à l’instant où il se tourna pour lui faire face, un claquement parvint des bois situés juste à l’arrière. Un sifflement d’aigle fendit l’air encore humide du matin, et avant que l’on ait pu comprendre de quoi il s’agissait, un point rouge apparut sur le front de l’accusé. Une traînée tout aussi rouge descendit sur l’arête de son nez et il s’écroula en avant, raide mort, comme une masse.

Les yeux étaient exorbités, les bouches bées. Tout s’était passé très vite. Les gendarmes dégainèrent leurs armes et s’approchèrent de la clôture de fil de fer barbelé d’où semblait provenir le coup de feu. Car c’était bien un coup de feu, et d’une extrême précision qui venait d’occire le jeune homme.

… Les quatre gamins qui arrivèrent, avec leurs vélos, pour jouer dans les hangars abandonnés, à quelques minutes de la ville, remarquèrent qu’une voiture était stationnée dans la cour. Elle n’était pas là la dernière fois qu’ils étaient venus, cela faisait trois jours. Inquiets, ils stoppèrent, prêts à rebrousser chemin. Le plus espiègle d’entre eux posa son VTT et s’approcha doucement, se baissant, espérant ne pas se faire remarquer. Il arriva derrière la voiture et constata qu’il y avait quelqu’un à l’intérieur, il semblait dormir, affalé contre le volant. Il fit signe de la main à ses camarades, pour qu’ils le rejoignent, leur signifiant le silence un doigt sur la bouche.

Les huit yeux curieux constatèrent la même chose :

– On dirait qu’il dort, dit à voix basse le plus jeune.

– Chutt ! laissons-le tranquille, barrons-nous !

Trois des gamins repartirent en courant, seul le plus téméraire resta et s’approcha de la vitre conducteur à demi baissée. Il leva la tête pour jeter un bref coup d’œil, et détala à son tour en criant :

– Il est mort ! Il est mort ! Sa tête est pleine de sang !

Les quatre aventuriers montèrent sur leurs vélos et foncèrent prévenir leurs parents de cette trouvaille macabre.

.

Chers voisins :

-Ça recommence ! quelqu’un est encore venu faire son marché au jardin. C’est la troisième fois cette semaine. Si ça continue comme ça, je laisse tomber. Je veux bien partager, mais je ne supporte pas que l’on vole le fruit de mon travail. Da ns quel monde vivons-nous ?

Louis est encore en colère ce matin, après avoir constaté le vol de ses chers légumes.

– Tu n’as qu’à arrêter, on ne te volera plus rien, se contente de dire Jeanne pas du tout intéressée par les cultures.

– Et je ferai quoi de mes journées ? Je n’ai pas envie de passer mon temps devant la télé ou la fenêtre comme toi !

– Tu n’auras qu’à aller faire des balades dans les bois, chercher des champignons, et quand il ne fait pas beau, mets-toi à la lecture.

– Je n’ai jamais aimé lire, au bout de trois pages je m’endors.

– Parce que tu n’as jamais trouvé de livres intéressants, va à la médiathèque, ce n’est pas ce qui manque là-bas. Il y a même un coin lecture si tu ne veux pas rester ici.

Louis haussa les épaules : sa femme ne comprenait rien. « Si je lui fermais les volets et éteignais la télé, est-ce qu’elle prendrait un livre ? »

– Tu viendrais avec moi aux champignons ?

– Tu sais bien que je ne peux presque pas marcher !..

… Ce matin, Louis est parti faire quelques courses et Jeanne est comme chaque jour à son poste d’observation. Mistigri, le vieux chat ronronne sur ses genoux. Lui ne surveille pas, somnolant ou rêvant à quelque souris ou autre bestiole qu’il pourrait chasser.

Soudain, des lumières bleues se mettent à danser sur les façades des immeubles, tels des lutins joyeux : des voitures de police s’arrêtent devant l’immeuble juste en face de la fenêtre de la vieille femme. Elle est aux premières loges du polar qui s’annonce. Elle se lève, éjectant le pauvre chat, réveillé en sursaut. Les jumelles rivées sur les yeux, elle suit les hommes portant un brassard « police » qui se dirigent vers l’entrée « B ».

« Qu’est-ce qu’il se passe ? » s’interroge Jeanne, « un peu d’action aujourd’hui, c’est pas plus mal. »

Après un temps qui lui paraît infini, elle voit ressortir les agents de la force publique qui se dispersent, interrogeant apparemment les passants. Elle entend la porte s’ouvrir et se refermer : c’est Louis qui rentre, elle va enfin en savoir un peu plus.

– C’est quoi tous ces flics en bas ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

– J’en sais rien, je n’ai rien vu.

– Ils t’ont pas interrogé ? Ils interrogent tous ceux qui passent.

– Je suis rentré par-derrière, je n’avais pas envie d’avoir affaire à eux.

– Je me demande ce qui est arrivé, trois voitures de police, ça doit être grave !

Les policiers restèrent toute la matinée dans le quartier, Jeanne trépignait sur son fauteuil : elle voulait savoir.

Sa curiosité allait être satisfaite au milieu de l’après-midi, quand on frappa à la porte : c’était la police. Une femme d’une quarantaine d’année, accompagnée d’un homme plus jeune et qui portait le fameux brassard orange sortit sa carte :

– Bonjour Madame, commissaire Myriam Gougeont, Police judiciaire, nous voudrions vous poser quelques questions.

– Oui, acquiesça Jeanne, je vous écoute.

– On nous a signalé une disparition dans le quartier, auriez- vous des renseignements à nous apporter ?

– C’est que je ne sors guère de chez moi, j’ai des difficultés pour me déplacer, nous ne voyons pas grand monde.

– Et vous monsieur ?

– Pareil, je passe mon temps dans mon jardin, je ne m’occupe pas de ce qui se passe de l’autre côté.

– Mouais, vous n’avez rien vu ou entendu d’anormal ces derniers jours ?

– Ça fait pas mal de temps que nous voyons et entendons des choses anormales, depuis que ces immeubles sont occupés en fait. Nous n’y prêtons plus attention.

– On peut savoir qui a disparu ? ne put s’empêcher de demander Jeanne.

– Un jeune homme, d’environ treize ans – la commissaire lui tendant une photo.

– Je n’ai jamais vu cette personne, désolée.

– Bon, si vous vous rappelez de quoi que ce soit qui puisse nous aider, appelez-moi, ajouta la femme en lui tendant sa carte.

Myriam Gougeont était une belle femme, grande, brune, qui s’était présentée, après un master, au concours externe de la Police nationale et avait suivi une formation de deux ans à l’ ENSP (École nationale supérieure de police à Saint-Cyr au Mont D’or). Élève exceptionnelle, sportive, elle s’était imposée par son caractère affirmé. Possédant un charisme puissant, et une intuition plus que féminine, elle dirigeait le commissariat de la ville d’une main de maître. Elle était assistée, dans ses enquêtes par Jonathan Sylvely, inspecteur beau garçon, aux cheveux qui malgré guère plus de trente ans, commençaient à grisonner, Mathieu Bourh (dit Mat), tout jeune sergent et une équipe performante. Jonathan et Mat étaient bien sûr tous deux secrètement amoureux de la commissaire qui ignorait leurs avances, préférant son amie Sara…

21 avril 2019

Salut,

je participerai à l’exposition d’Entrée Des Artistes du 23 avril au 10 mai, au centre culturel Simone Signoret, avec quelques images de  » Dans les rues de Marseille ».

18 mars 2019

Quand la nature est reverdie, quand le soleil revient plus doux…

 Mon premier roman: « Le secret des grottes blanches » va être réédité par un éditeur. On pourra le trouver avec une couverture différente, mais le contenu sera inchangé. Pour ceux qui ne l’auraient pas lu et qui pourraient être intéressés. Je vous tiendrai au courant.

 

 

Bientôt le printemps, les pissenlits …

 

… et mercredi 13, rendez-vous à la médiathèque de Château pour découvrir « Les secrets d’Ursuline », de 14h à 18h.

 

29 janvier 2019

    Ça y est, mon dernier roman est arrivé. Vous allez pouvoir partir à la découverte des secrets d’Ursuline et passer du bon temps avec la famille Bontan dans une intrigue familiale qui se déroule dans les environs: de Marseille à Digne, Sisteron, Château-Arnoux, Barret-le-Haut. 

   Vous le trouverez dans les points de vente habituels:  librairie «  de fil en page« , « Le Cyclope« , « Intermarché Peipin« , « Le panier sympa« , « maison de la presse Laugier »  à Sisteron, et aussi lors des séances de dédicaces que je ne manquerai pas de signaler.

    Pour des extraits, cliquez sur « Les secrets d’Ursuline »

 

19 janvier 2019

Kaki et blanc

07 janvier 2019 

Que cette nouvelle année soit pleine de bonnes choses pour tous.

Pour vous aider à bien la commencer, mon nouveau roman …

 » Les secrets d’Ursuline « 

 

… va bientôt arriver, une histoire de famille par chez nous, totalement imaginée bien sûr, pour sortir de l’actualité morose.

Cliquez sur le titre pour en savoir un peu plus.

22 novembre :

La vache, il va pleuvoir !

13 novembre

Vu le temps qu’il fait, j’aurais dû rentrer les vélos !

04 novembre :

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle…

29 octobre :

Cerisiers dans le vent.

23 octobre :

Les arbres au sommet de Lus commencent à blanchir.

18 octobre

A l’heure des  vendanges

13 octobre

Quand les abricotiers ressemblent à une peinture impressionniste.

05 octobre

L’image de la semaine :  les couleurs de l’automne arrivent !

18 septembre

L’écriture de mon dernier roman : « Le secret d’Ursuline » est terminé.

Il s’agit d’une intrigue familiale dans les Alpes provençales. Si vous voulez en savoir davantage, cliquez sur « Le secret d’Ursuline ».

La sortie est prévue d’ici la fin de l’année.

la « Grange »

 

9 juillet

 

Salut,

ça y est,  mon dernier roman est arrivé: « Qui a tué Paty? »

Cette fois-ci je me suis lancé dans le polar, avec une enquête délicate de « Berlu » : un commissaire à deux doigts de la retraite, accompagné d’un inspecteur un peu ripoux et beaucoup misogyne, d’une jeune policière qui a tout à apprendre et d’un as de l’informatique. L’affaire ne sera pas simple, mais malgré ses soucis familiaux, « Berlu » dénouera sa dernière avec brio et humanité.

 

 

 

24 mai 2018

C’est à la médiathèque de Mallemoisson que je vais présenter mes 3 romans.

Et par la même occasion, j’expose quelques photos N&B, du 26 mai au 9 juin, aux heures d’ouverture de la médiathèque.

Si vous passez par là, au rond point de Mallemoisson, prenez à gauche, puis à droite après la place, c’est là!

Ça me ferait plaisir de vous voir!

Retour pour revenir à la page

article-20295-art-mai-installe-aussi-a-mallemoisson

 

 

 

 

 

 

 

 

30 avril 2018

Mes aventures littéraires continuent: un nouveau roman va sortir bientôt, un polar cette fois.

Pas un western policier genre « 36 quai des orfèvres », non, une enquête plus humaine, menée par une équipe de policiers tout aussi différents les uns que les autres. Un commissaire à deux doigts de la retraite, une jeune débutante, un inspecteur pas très net et un as de l’informatique devront résoudre une énigme pas très claire non plus. Des personnages attachants (ou non), avec leurs problèmes personnels, des suspects parfois inattendus, et un dénouement qui intervient dans les toutes dernières pages: les ingrédients pour passer un bon moment.

Mes deux premières lectrices ont été enchantées, pourquoi pas vous?

Je vous tiens au courant dès qu’il sera sorti.

QATP fiche de présentation   (retour pour revenir à la page)

 

En attendant, pour patienter, quelques images  ( à voir dans écrire avec la lumière ),  qui seront exposées à la Médiathèque de Mallemoisson du 26 mai au 8 juin où je dédicacerai également mes ouvrages.

 

 

11 avril 2018

Une nouvelle séance de dédicace de mes livres est prévue le 20 avril, au tabac « Le Cyclope« , allée des érables Château-Arnoux, de 10h à 19h.

Pour ceux qui n’ont pas encore lu mes histoires, ce sera le moment.

Je vous attends nombreux. Vous êtes les moteurs de ma plume.

fiche séance de dédicaces au Cyclope  (retour pour revenir à la page d’accueil)

 

06 avril 2018

Bonjour à tous, et merci à ceux qui sont passés me voir à la librairie « DE FIL EN PAGE », et à bientôt pour les autres.

Je continue mes écritures avec assiduité. J’ai terminé le polar, je le sortirai cet été, il faut d’abord que je récolte de quoi l’éditer avec les deux derniers que je vous encourage à acheter au « fil en page, au cyclope, à Intermarché de Peipin et à la maison de la presse à Sisteron.  Je ferai des séances de dédicaces à ces endroits, je vous donnerai les dates.

Pour le prochain, je suis parti pour une histoire familiale dans la région avec

« Le secret d’Ursuline »

Mais pour l’instant, restons sur ce qui est terminé:

En avant première, la fiche du polar.

QATP fiche de présentation

 

retour pour revenir au site

 

 12 mars 2018

           Le 23 mars, vous pourrez venir me voir à partir de 17h,  à la librairie  » De fil en page » ouverte depuis peu à Château, à côté de l’hôtel-restaurant du château.

         J’ai presque terminé un polar « Qui a tué Paty? », et je travaille sur plusieurs autres, j’ai besoin de vos encouragements, alorsRDV le 23 mars!

19 janvier 2018

les deux romans sont sur le marché, ça démarre doucement. Pour le moment, les retours que j’ai  sur « LA VIE DE CHÂTEAU » sont bons, il a l’air de plaire.

Céline Barbier chroniqueuse à HPI le présente sur le journal du 18 janvier:

 

17 décembre 2017

 Mes deux nouveaux romans sont arrivés. Ils sont disponibles :

-au Cyclope

-au tabac de Saint-Auban

-à la maison de la presse de Sisteron

-à la librairie « de fil en page ».

Je ferai bientôt une séance de dédicaces au Cyclope, je vous tiendrai au courant.

En attendant pour avoir une idée, cliquez sur les titres.

De plus, j’ai mis quelques photos en noir et blanc.

Vos commentaires sont les bienvenus.

11 novembre 2017

Depuis mon premier roman « le secret des grottes blanches« ,  je n’ai pas chômé, puisque en cette fin d’année deux nouveaux livres vont sortir:

-Histoires de Normands

-La vie de château

Je vous tiendrai au courant  fur et à mesure.

Pour tout voir et tout savoir, cliquez sur le titre qui vous intéresse.